AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ♣ Parce qu'il faut bien qu'on se soutienne!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

LionelI'll do everything for you
avatar

nom de code ★
Lionel S. Vanderbilt

▌ points missions : 141
▌ popularité : 0

▌ âge du personnage : 23 ANS.
▌ je me sens : ASSEZ BIEN, MERCI.
▌ célébrité : CHACE CRAWFORD.
▌ groupe : ENSEIGNANTS.
▌ crédit avatar : FAITH.
▌ espion depuis le : 30/05/2011
▌ messages : 81


DIS-MOI TES SECRETS
⚡ ce que je fais croire aux autres:
⚡ ce que personne ne sait:

MessageSujet: ♣ Parce qu'il faut bien qu'on se soutienne!   Sam 11 Juin - 22:13

Claire & Lionel ♥
« Il faut tendre la main à ses amis sans fermer les doigts. Diogène le Cynique. »



Jeudi. Midi moins cinq. Lionel déambulait dans les couloirs de Riverdale Camp. L’école la plus atypique des Étas-Unis. Lionel était content d’être là. Il avait toujours voulu enseigner, mais avait renoncé à ce métier quand il s’était fait engager en tant qu’analyste à la CIA, après être sorti de la fac de langues. Et maintenant que cette école avait été créée, John, son boss, l’avait choisi pour enseigner les langues aux élèves. Lionel en était très fier. Il avait beaucoup voyagé dans sa vie, et sa mère tenait à ce qu’il apprenne plusieurs langues. Il était donc polyglotte. Tout agent de la CIA se devait absolument de parler couramment les langues les plus utilisées.
Durant les cours, Lionel avait observé discrètement ses élèves. Alors qu’il leur avait donné des tests pour connaître à peu près le niveau de ses élèves, il avait balayé la salle du regard. Repéré les meilleurs élèves en langues. Repéré les élèves qui n’étaient pas contents d’être là. Ceux qui se voyaient déjà en James Bond. Bref, il avait essayé de se faire une idée. Le premier cours, mardi, ne s’était pas trop mal passé. Lionel avait redouté de se retrouver face à quarante jeunes, pas beaucoup moins âgés que lui. Saurait-il faire preuve d’autorité, se faire respecter un minimum ? Le fait qu’il ait seulement vingt-trois ans ne jouait pas forcément en sa faveur. Mais il y avait eu plus de peur que de mal, pour l’instant.
Le cours de théâtre allait bientôt se terminer. C’était la sœur jumelle de Lionel, Juliette, qui occupait le poste de professeur de théâtre. Une joie pour elle aussi. Ils avaient tout les deux décidé de travailler pour la CIA après avoir appris que leur père y avait consacré sa vie. Et ça n’avait pas été facile, mais finalement ils étaient là. Lionel arriva devant la salle où se déroulait le cours de théâtre ; il devait voir sa sœur pour une affaire familiale. Il s’adossa contre le mur pour attendre la fin du cours. Ce qui prit à peine quelques minutes. Peu à peu, les élèves sortirent de la salle. Certains l’air content, d’autres l’air fatigué, ou encore dépité, timide, tout y passait. Certains murmurèrent un « Bonjour, Monsieur Vanderbilt » auquel il répondit chaleureusement. Il était étrange de se faire appeler « Monsieur ». Dire qu’il y a un peu plus d’un an, il était encore à la fac…
C’est alors que Lionel vit Madelyn Bailey sortir de la salle. Oh, pardon, Claire Beauregard, comme on devait l’appeler ici. C’était toute une histoire, et Lionel, qui connaissait déjà Madelyn, avait un mal fou à s’y faire. Il avait bien failli faire une gaffe la veille, en cours. Madelyn lui dit bonjour comme les autres élèves. C’était encore pire de s’entendre appeler « Monsieur » par elle. Elle n’avait pas l’air en forme du tout. Elle avait l’air épuisée, l’air fragile. Lionel savait qu’elle ne souhaitait pas être ici, et que cette comédie était bien pénible. Il fut pris de pitié pour son amie.

« Mademoiselle Beauregard, j’aimerais m’entretenir avec vous à propos de vos tests. Vous auriez un moment à me consacrer, s’il vous plaît ? »

Ce n’était qu’un prétexte pour parler à Madelyn sans que ses nouveaux camarades se doutent de quelque chose. Lionel aperçut sa sœur jumelle, Juliette, qui sortait de la salle.

« Je t’appelle tout à l’heure, Ju, il faut qu’on se voit à propos de Michael et Kelsey. »

Sa sœur lui fit un signe de tête en signe d’approbation et s’éloigna en le voyant avec Madelyn. Lionel se tourna alors vers elle et eut un sourire.

« Je voulais qu’on parle. Tu n’as pas vraiment l’air en forme… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Claire ★ an epic of epic epicness.avatar

nom de code ★
Claire M. Beauregard

▌ points missions : 482
▌ popularité : 0

▌ âge du personnage : 22.
▌ je me sens : furieuse ?
▌ célébrité : Mary Elizabeth Winstead
▌ groupe : i'm out.
▌ crédit avatar : © Cristalline
▌ espion depuis le : 06/11/2008
▌ messages : 444
▌ âge IRL : 28


DIS-MOI TES SECRETS
⚡ ce que je fais croire aux autres:
⚡ ce que personne ne sait:

MessageSujet: Re: ♣ Parce qu'il faut bien qu'on se soutienne!   Dim 12 Juin - 22:46

Madelyn était épuisée. Épuisée de devoir suivre ces cours ridicules qui ne menaient à rien, épuisée de devoir mentir à tout le monde et, surtout, épuisée de devoir renier sa famille et ses amis parce que son père avait décidé que ce serait mieux ainsi. Elle connaissait tous ses professeurs et était même amie avec certains d'entre eux. Comment pouvait-elle, après cela, les appeler "Madame" ou "Monsieur", les vouvoyer et faire comme si elle ne les avait jamais vu auparavant ? C'était un réel supplice et plus les jours passaient, plus elle songeait à quitter Riverdale Camp.

Être Claire Beauregard n'était pas aussi amusant qu'elle le pensait. Ça l'avait été au début, oui. Mais elle détestait être enfermée dans ce rôle de petite Française épanouie et heureuse de sa vie alors qu'au fond, elle était tout le contraire. Elle n'avait jamais aimé le mensonge. Il lui était arrivé de mentir par omission, parce qu'elle n'avait pas le choix ou parce que c'était la seule solution pour éviter les problèmes, bien sûr, mais se créer une nouvelle identité de toutes pièces était de loin le plus gros mensonge auquel elle ait jamais eu affaire. Elle avait été contrainte de renier tout ce qu'elle aimait sa vie : son frère, qu'elle devait appeler "Monsieur" et traiter comme un simple enseignant, faire comme si ses amis les plus proches n'en étaient pas et surtout, faire comme si elle ignorait tout sur la C.I.A. et le métier d'espion alors qu'elle en savait beaucoup plus que n'importe quel élève de Riverdale Camp.

Alors qu'elle marchait dans les couloirs, les yeux rivés sur le sol pour éviter de croiser un regard familier qu'elle devrait une fois de plus ignorer, une voix la tira de ses pensées. « Mademoiselle Beauregard, j’aimerais m’entretenir avec vous à propos de vos tests. Vous auriez un moment à me consacrer, s’il vous plaît ? ». Si elle ne mit pas longtemps à comprendre qu'il s'agissait de Lionel, l'un de ses amis proches, elle prit beaucoup plus de temps à comprendre qu'il s'adressait à elle. Mademoiselle Beauregard. Elle mettrait du temps à s'y habituer.

Elle leva finalement les yeux vers lui et acquiesça, un petit sourire aux lèvres. Enfin ! Elle allait enfin pouvoir parler à quelqu'un ouvertement, sans avoir peur de révéler son affreux secret par mégarde. Lionel la connaissait, il connaissait la vraie Madelyn et elle était ravie qu'il prête attention à elle. La jeune femme le suivit donc sans hésiter et soupira doucement lorsqu'il lui annonça qu'elle n'avait l'air en forme.

« Je déteste mon père. Ce n'est pas nouveau, je sais, mais là... Ça dépasse tout ce que j'ai pu ressentir auparavant. Pourquoi il m'a obligée à venir me terrer dans cette foutue école, hein ? Je veux dire, je ne veux pas devenir espionne. Ni maintenant, ni jamais. J'ai un tel mépris pour la C.I.A... Sans vouloir t'offenser, bien sûr », s'excusa-t-elle en grimaçant légèrement.

Elle marqua une courte pause, consciente que son débit de parole était plutôt impressionnant. Mais elle n'y pouvait rien ; pour la première fois depuis son entrée à Riverdale Camp, elle pouvait dire ce qu'elle ressentait vraiment - et à quelqu'un de confiance, en plus !

« Je ne suis pas à ma place, ici », reprit-elle plus calmement. « Je sais qu'il a fait ça pour mon bien mais... Mais je n'en peux plus. »

Voilà, c'était dit. Elle n'en pouvait plus. Elle n'en pouvait plus de mentir, de s'entraîner aussi dur alors qu'elle n'avait jamais eu - et n'aurait jamais - l'intention de devenir espionne, d'être dans ce camp entourés de tout ces gens qu'elle portait dans son cœur et de devoir les ignorer à longueur de temps... En fait, elle n'en pouvait plus de ne pas pouvoir être elle-même. Madelyn Bailey lui manquait, même si elle ressemblait pas mal à Claire. Et cela ne faisait que renforcer sa rancœur envers son père, puisque c'était lui qui l'avait contrainte à venir étudier dans ce camp.



_________________


nothing sweet about me

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LionelI'll do everything for you
avatar

nom de code ★
Lionel S. Vanderbilt

▌ points missions : 141
▌ popularité : 0

▌ âge du personnage : 23 ANS.
▌ je me sens : ASSEZ BIEN, MERCI.
▌ célébrité : CHACE CRAWFORD.
▌ groupe : ENSEIGNANTS.
▌ crédit avatar : FAITH.
▌ espion depuis le : 30/05/2011
▌ messages : 81


DIS-MOI TES SECRETS
⚡ ce que je fais croire aux autres:
⚡ ce que personne ne sait:

MessageSujet: Re: ♣ Parce qu'il faut bien qu'on se soutienne!   Lun 13 Juin - 3:01

En cette fin de matinée, le jeudi, Lionel avait donc prévu d’aller discuter avec sa sœur jumelle, Juliette. En effet, il s’avérait que Michael et Kelsey avaient quelques problèmes à leur appartement. Et comme à chaque fois, c’était vers Juliette que Lionel se tournait quand il devait gérer quelque chose dans leur famille. Leur famille de quatre enfants. Après le décès de leur mère, quelques mois après celui de leur père, il avait fallu se réadapter, s’organiser, se soutenir. Lionel n’aurait lâché ses cadets pour rien au monde. Aujourd’hui, les Vanderbilt était une famille très unie.
Mais quand Lionel vit l’expression sur le visage de Madelyn, il eut soudain un élan de compassion qui le poussa à l’appeler. Ce pour quoi il devait voir Juliette n’était pas une urgence. Ça pouvait attendre. Madelyn, en revanche, avait réellement l’air préoccupé. L’air épuisé. Lionel repoussa ses projets parce qu’il avait envie d’aider son amie. Il n’avait pas encore pu lui parler depuis qu’ils étaient tous arrivés au camp. Ou du moins, pas comme il l’aurait souhaité. À part « bonjour mademoiselle », « voici votre copie », « merci » et « au revoir ». Ce qui, avouons-le, ne ressemble pas à la conversation qu’on a avec un ami.
Car Lionel connaissait déjà Madelyn, alias Claire, avant d’arriver à l’école. C’était la fille de son boss. Il était déjà passé plusieurs fois chez M.Bailey pour discuter de deux ou trois missions, et c’était là qu’il avait rencontré Madelyn. Une jeune femme sympathique, à peine moins âgée que lui. Comme ils se voyaient de temps en temps, ils s’étaient liés d’amitié. Quand Lionel avait été informé par son patron qu’à Riverdale, sa fille aurait une autre identité, il avait tout de suite su qu’il lui serait difficile de faire comme si de rien n’était. Il connaissait aussi son aversion pour le monde de la CIA. Voilà pourquoi il avait tenu à lui parler, prétextant devant les élèves qu’il s’agissait de s’entretenir à propos de ses tests de langues.

« T’en fais pas, je sais que c’est contre la CIA que tu as une dent et pas contre moi » fit Lionel en souriant. « Dis, tu as essayé d’en parler à ton père ? Je sais à quel point il peut être têtu, mais ça peut t’aider si tu lui expliques vraiment ce que tu ressens, tu ne penses pas ? »

Madelyn devait avoir vraiment besoin de parler, parce qu’elle débitait tout ce qu’elle avait sur le cœur à une vitesse impressionnante. Lionel était content de la voir. Il lui fit signe de la suivre, n’osant pas la prendre par le poignet – vous imaginez le scandale si un élève passait et se faisait des idées, Lionel était tout de même un professeur – et il se dirigea vers sa salle de cours. Il plaça une chaise pour son amie et s’assit derrière le bureau avant de la regarder.

« Comme ça, on croira plus facilement qu’on discute des copies. Tu sais, si tu te sens vraiment mal à l’aise, ce n’est pas la peine… En tout cas, sache que si tu as besoin de parler, je serai toujours dans les parages. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Claire ★ an epic of epic epicness.avatar

nom de code ★
Claire M. Beauregard

▌ points missions : 482
▌ popularité : 0

▌ âge du personnage : 22.
▌ je me sens : furieuse ?
▌ célébrité : Mary Elizabeth Winstead
▌ groupe : i'm out.
▌ crédit avatar : © Cristalline
▌ espion depuis le : 06/11/2008
▌ messages : 444
▌ âge IRL : 28


DIS-MOI TES SECRETS
⚡ ce que je fais croire aux autres:
⚡ ce que personne ne sait:

MessageSujet: Re: ♣ Parce qu'il faut bien qu'on se soutienne!   Mer 15 Juin - 20:55

Essayer d'en parler à son père ? Même pas en rêve ! Elle ne lui adressait la parole que lorsqu'elle y était obligée - et cela n'arrivait pas souvent puisqu'elle faisait toujours son possible pour éviter de le croiser. Les gens, que ce soit les élèves ou les professeurs, avaient une vision de John Bailey quelque peu... idyllique. Ils le mettaient sur un piédestal, le portant en héros, comme s'il avait accompli des merveilles pour l'humanité. Mais ce n'était pas le cas. C'était un agent des services secrets, et alors ? Il n'avait que ça, dans sa vie. Sa réussite professionnelle. Il avait toujours relayé sa famille au second plan et sa femme en était morte. Madelyn avait tiré une croix sur son père depuis un petit bout de temps et elle avait perdu tout espoir de réconciliation.

Elle attendit d'être entrée dans la salle pour lui répondre. Lionel avait raison, il valait mieux être prudent. Elle ne voulait pas être la cible de rumeurs terribles du genre "Claire se tape le prof de langues". C'était épuisant de devoir se cacher et de craindre à chaque seconde d'être démasquée, mais avait-elle réellement le choix ? Non. Elle soupira doucement avant de lever les yeux vers Lionel. C'était un vrai ami et elle savait qu'elle pouvait se confier à lui sans hésiter. Elle lui en serait éternellement reconnaissante.

« Je crois que la dernière vraie conversation que j'ai eu avec mon père date du jour de l'enterrement de ma mère. », dit-elle d'un faux air amusé. « J'ai dû lui dire que je le détestais et que je ne voulais plus jamais entendre parler de lui et voilà, depuis, on évite de se croiser. Enfin, j'évite de le croiser, pour être honnête. »

Elle marqua une courte pause avant de remettre ses cheveux en place, cherchant à se donner une contenance. Elle n'aimait pas paraître vulnérable. Elle s'était bâtie une carapace d'acier et elle ne voulait pas qu'elle s'effrite à cause de son père ou de cette satanée école. Elle allait reprendre le dessus et apprendre à accepter sa nouvelle vie. De toute façon, elle n'avait pas le choix.

« Merci. », lui dit-elle d'un air reconnaissant. « Ça fait du bien de savoir que je peux parler à quelqu'un. Et sans avoir à se faire passer pour Claire Beauregard, en plus ! », plaisanta-t-elle pour essayer de dédramatiser la situation.

Se trouvant soudainement bien égoïste - elle détestait être le centre d'attention et parlait rarement d'elle ou de son ressenti -, elle dévia le sujet de conversation sur son ami. Après tout, lui aussi devait trouver sa vie changée ! Il était passé du statut d'espion à celui de prof en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire et elle ne savait pas s'il s'acclimatait bien à cette nouvelle situation.

« Alors, c'est comment d'être prof ? Les élèves ne sont pas trop terribles ? », sourit-elle gentiment.

_________________


nothing sweet about me

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LionelI'll do everything for you
avatar

nom de code ★
Lionel S. Vanderbilt

▌ points missions : 141
▌ popularité : 0

▌ âge du personnage : 23 ANS.
▌ je me sens : ASSEZ BIEN, MERCI.
▌ célébrité : CHACE CRAWFORD.
▌ groupe : ENSEIGNANTS.
▌ crédit avatar : FAITH.
▌ espion depuis le : 30/05/2011
▌ messages : 81


DIS-MOI TES SECRETS
⚡ ce que je fais croire aux autres:
⚡ ce que personne ne sait:

MessageSujet: Re: ♣ Parce qu'il faut bien qu'on se soutienne!   Mar 21 Juin - 23:28

Sans faire le moindre commentaire, Lionel écoutait son amie Madelyn confier ce qu’elle avait sur le cœur. Parler de ses problèmes, de ses soucis, de ses difficultés, de ses peines, de ce qu’elle détestait. Il était visible que Madelyn avait réellement besoin de parler. Ce qui était tout à fait normal, vu sa situation actuelle. Et vu qu’elle ne pouvait pas se confier aux autres élèves. Au bout d’un moment, la pression ressort un peu. Mais on avait bien besoin d’amis. Voilà pourquoi Lionel avait conduit la jeune femme dans son bureau. Pour qu’elle puisse déverser un bon flot de paroles, pour qu’elle puisse partager son fardeau. C’était tellement plus facile si les élèves ne rôdaient pas autour d’un air suspect. Ce qui donnait des trucs du genre : « Waouh, Claire s’entend déjà très bien avec Monsieur Vanderbilt » ou encore « Tu crois qu’ils vont avoir une histoire ? Pourtant, il est professeur, c’est une élève. Et je vous rappelle qu’il est marié ».
Lionel n’avait spécialement envie que ce genre de rumeurs vienne gâcher sa semaine, voire même son année. Ni celle de Madelyn, d’ailleurs. Et puis, si John entendait ce genre de choses, il serait absolument furieux. Non merci. Voilà pourquoi dans son bureau, Lionel se sentait plus à l’aise, plus décontracté.

« J’aimerais bien t’aider, Madelyn, mais je ne sais pas quoi faire en ce sens. Il va falloir t’adapter à ça, et ce sera loin d’être facile. Mais sache que si tu as besoin de parler, d’être écoutée, d’avoir des conseils, je serai toujours là. C’est bien à ça que servent les amis, non ? »

Lionel était content de pouvoir parler à mademoiselle Bailey. Ici, il devait l’ignorer, alors qu’ils étaient amis. Et puis, la voir ainsi déprimée… Maintenant, elle semblait un peu mieux. Parce qu’en ma présence, elle pouvait être Madelyn Bailey, librement. Pas Claire Beauregard. Mais comme elle n’était pas égoïste, elle finit par dériver la conversation vers moi, vers mon nouveau métier, et j’esquissai un sourire.

« Oh, non, d’une manière générale, ils sont plutôt sympas… J’essaye de mettre des noms sur les têtes, de les cerner… En fait, au début, j’avais surtout peur de ne pas être respecté. Parce que je suis à peine plus âgé que certains élèves ici. Mais bon, je m’habitude déjà. J’ai toujours voulu enseigner, ça me plaît bien. Et puis, Heaven est bien ici, donc je le suis aussi. »

Lionel eut un sourire. Oui, il commençait déjà à aimer son nouveau métier. Rien d’évident, mais absolument passionnant.

« Sais-tu que, lors du premier cours, j’ai failli t’appeler Madelyn Bailey ? Ça a bien failli m’échapper, mais j’ai réussi à le retenir à temps. Ce n’est quand même pas évident. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Claire ★ an epic of epic epicness.avatar

nom de code ★
Claire M. Beauregard

▌ points missions : 482
▌ popularité : 0

▌ âge du personnage : 22.
▌ je me sens : furieuse ?
▌ célébrité : Mary Elizabeth Winstead
▌ groupe : i'm out.
▌ crédit avatar : © Cristalline
▌ espion depuis le : 06/11/2008
▌ messages : 444
▌ âge IRL : 28


DIS-MOI TES SECRETS
⚡ ce que je fais croire aux autres:
⚡ ce que personne ne sait:

MessageSujet: Re: ♣ Parce qu'il faut bien qu'on se soutienne!   Sam 16 Juil - 11:50

Madelyn esquissa un sourire reconnaissant lorsque Lionel lui assura qu'il serait toujours là. À défaut d'avoir une famille unie, elle avait des amis extraordinaires et ça, ce n'était pas donné à tout le monde. Elle le remercia sincèrement et son sourire s'agrandit quand il évoqua son expérience en tant que professeur. Il avait l'air ravi d'être ici et cela faisait plaisir à voir.

« Je suis contente que vous soyez ici », dit-elle sincèrement. « Vous êtes ma deuxième famille et vous voir là, ça me permet de tenir le coup. S'il n'y avait que mon père, il y a longtemps que je serai partie, je peux te l'assurer ! »

Elle avait dit cela sur le ton de la plaisanterie mais elle était sérieuse. John ne représentait vraiment rien pour elle et elle prenait un malin plaisir à le contrarier dès qu'elle le pouvait. Si les professeurs de Riverdale Camp n'avaient pas été ses amis les plus proches, elle se serait enfuie dès le premier jour de cours sans aucun remord.

Lionel lui apprit ensuite qu'il avait failli l'appeler Madelyn et elle grimaça légèrement. Cette histoire était dure à gérer, et pas seulement pour elle. Claire était un fardeau pour tout le monde et elle était ravie de pouvoir être Madelyn à cet instant précis, même si cela n'allait pas durer bien longtemps.

« Ce n'est facile pour personne, malheureusement. Vous qui devez faire comme si vous ne me connaissiez pas et moi qui dois jouer la fille heureuse et bien dans ses baskets en prenant un accent français à longueur de temps... Je ne sais vraiment pas ce qui est passé dans la tête de mon père. »

Un profond soupir lui échappa, témoignant de sa lassitude et de son agacement. Les cours venaient à peine de commencer et elle se demandait clairement si elle parviendrait à tenir toute une année. Claire n'était pas une mauvaise fille. Elles auraient même pu devenir amies si elle avait réellement existé... Mais elle ne voulait pas être elle. Elle voulait être Madelyn Bailey, un point c'est tout. Elle en avait assez de devoir cacher son identité, de jouer un rôle en permanence et de mentir à ses camarades. Il était impossible de construire une bonne relation et de se faire des amis si tout était basé sur du vent et des faux-semblants...

« En tout cas, il me tarde d'assister à ton prochain cours », annonça-t-elle d'un ton plus jovial. « Tu es un excellent professeur. Certaines filles sont d'ores et déjà tombées sous ton charme ! »

Elle pouffa de rire, lançant un regard complice à son ami. Il était très séduisant et il était normal que quelques étudiantes soient sensibles à son joli regard et son sourire parfait. Les pauvres n'avaient aucune chance mais ça, Claire n'était pas censée le leur dire. Après tout, elle n'était pas censée connaître Lionel. Il n'était que son professeur, alors elle se contentait d'écouter ses camarades de classe débattre sur ses atouts en souriant, amusée par cette situation aussi drôle qu'étrange.

[HJ : excuse-moi pour ce gros retard >_<]

_________________


nothing sweet about me

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



nom de code ★
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ♣ Parce qu'il faut bien qu'on se soutienne!   

Revenir en haut Aller en bas
 

♣ Parce qu'il faut bien qu'on se soutienne!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Nuit 1: Il faut bien que je les suive, puisque je suis leur chef
» Parce qu'il faut bien une fin à tout !
» Parce qu'il faut bien un début
» Travailler c'est bien, mais parfois y faut se détendre aussi non ? [PV Lily]
» Quand on s'ennuie, faut bien s'occuper.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 03 ★ VIE ÉTUDIANTE :: Le camp :: théâtre-
Sauter vers: